MON PARCOURS
MON PARCOURS

Edwing LAUPEN est un jeune homme Guadeloupéen de 26 ans engagé au service des Guadeloupéens depuis près d’une dizaine d’années.   

Il passe les premières années de sa vie en côte-sous-le-vent à Pointe-Noire, commune d’origine de sa famille maternelle. Il grandit au sein d’une famille de commerçants, ce qui aura sans doute une influence sur son goût pour l’entreprenariat.  

Autant au lycée de Baimbridge qu’au lycée polyvalent de Pointe-Noire, c’est un lycéen engagé au service de ses camarades.

Comme de nombreux jeunes ultramarins, il quitte l’archipel afin de poursuivre ses études dans l’Hexagone. Amoureux d’Histoire, il suit alors une licence d’Histoire et de Sciences Politiques à la Sorbonne. Il s’oriente ensuite vers des études en comptabilité et  finances afin d’adapter ses compétences à ses différentes ambitions professionnelles.  

En parallèle de ses études, il mène de front de nombreux combats citoyens, associatifs et politiques et crée son activité en tant que consultant en gestion et en communication, toujours au service de la Guadeloupe et de ses habitants.

 

Mes premiers engagements citoyens

J’ai toujours été passionné par l’engagement citoyen.

Élu au Conseil de Vie Lycéenne au lycée de Baimbridge j’ai eu à cœur de défendre des dossiers qui sont aujourd’hui encore  au centre de l’actualité : la mise en sécurité des abords du lycée ainsi que la lutte contre l’obésité. Nous avions à ce propos, obtenu la construction d’un préau permettant aux lycéens d’attendre leurs parents dans l’enceinte de l’établissement et par cela, diminuer fortement les risques d’actes de violence. Concernant la lutte contre l’obésité, nous avions réussi à équilibrer les prix de la bouteille d’eau et du symbolique « ti-soda ». À notre niveau nous menions de petites actions qui ont eu et qui ont actuellement toute leur importance!

J’ai toujours été
passionné par l’engagement citoyen

J’ai ensuite eu l’honneur de porter la voix de l’académie de Guadeloupe au Conseil National de Vie Lycéenne entre 2009 et 2011 et de contribuer à la rédaction du rapport parlementaire sur la réforme du lycée défendue par Xavier Darcos alors Ministre de l’Éducation Nationale. J’ai eu l’occasion de me positionner clairement contre les suppressions de poste prévues par cette réforme, tout en rappelant au Ministre les difficultés rencontrées par les jeunes ultramarins pour suivre leur scolarité. Il était surpris d’apprendre que pour être au lycée à 7h, certains élèves devaient se lever à 4h30 !

Mon arrivée dans l’Hexagone a marqué le début de mon engagement dans les rangs de l’UNI, syndicat étudiant. J’ai eu au sein de l’UNI la responsabilité des sections Outre-mer au sein du Conseil d’Administration National. Ces responsabilités m’ont ensuite amené à être en charge des fédérations jeunes d’Outre-mer à l’UMP. Une expérience qui m’a placé au cœur de l’action politique.

Un désaccord profond avec la ligne idéologique du parti sur la vision Outre-mer m’a amené à prendre mes distances.  J’ai  préféré quitter l’UMP en 2011.

Mon combat pour la jeunesse Guadeloupéenne

parcours2Porté par des idées toujours plus ambitieuses, mon mandat  de conseiller régional des jeunes de Guadeloupe entre 2009 et 2013 m’a donné l’occasion d’organiser avec la commission de coopération, le projet Eurocaraïbe regroupant plus d’une centaine de jeunes de nationalités diverses en Guadeloupe autour des thématiques essentielles pour l’engagement de notre jeunesse.

En 2011, avec les étudiants Guadeloupéens résidant dans l’Hexagone nous avons créé l’Association des Jeunes de Guadeloupe, l’AJeG, que je préside depuis 2013.  L’AJeG est une association accompagnant la mobilité des jeunes Guadeloupéens. Depuis 2011, mon engagement au sein de l’AJeG occupe une partie conséquente de mes activités. La condition des jeunes de Guadeloupe est l’une des principales causes que je défends. Nous avons, au fil des années, mis en place divers dispositifs concrets afin d’aider les jeunes Guadeloupéens qui partent se former, par des études ou des expériences professionnalisantes.

Le dynamisme et l’expertise de l’AJeG
ont été reconnus par de nombreuses institutions

Il s’agit principalement de solutions pour loger, intégrer et insérer ces jeunes. Parmi ces actions, la bourse au logement qui a déjà pu faire ses preuves, le réseau national de référents, gage parcours2d’une bonne intégration, mais également des manifestations d’envergure qui se sont révélées incontournables telles que le Campus Outre-mer ou encore, le Noël solidaire des Outre-mer.

Le dynamisme et l’expertise de l’AJeG ont été reconnus par de nombreuses institutions. C’est ainsi que j’ai pu être auditionné par le Conseil économique social et environnemental sur le défi de l’insertion professionnelle et sociale des jeunes ultramarins ainsi que dans le cadre de la loi égalité réelle.
Si je suis fier de mon engagement inconditionnel pour la jeunesse Guadeloupéenne, je suis d’autant plus fier de ce que nous avons pu accomplir collectivement !

Mon militantisme pour les familles Guadeloupéennes

J’ai intégré en 2010 la Confédération syndicale des familles Guadeloupéennes, une organisation de défense des locataires et des consommateurs. J’en suis devenu le trésorier en 2011. Cette responsabilité m’a donné l’occasion de défendre les locataires de la résidence KAWAN de Deshaies ou encore de la résidence NARBAL à Baie-Mahault. J’ai mis cette expérience à profit en créant à Deshaies une structure d’aide à la personne et de transport social.

 

Mon engagement aujourd’hui

Fort de toutes ces expériences j’ai souhaité concrétiser mon engagement en me présentant aux élections régionales en 2015.

parcours6Colistier de Victorin Lurel avec qui j’ai travaillé, depuis 2012, dans le cadre de mes responsabilités à l’AJeG, mon engagement pour la Guadeloupe a alors pris une nouvelle dimension.
Je poursuis aujourd’hui mon parcours citoyen en soumettant pour la première fois mes ambitions et mon projet pour la Guadeloupe aux suffrages des électeurs Guadeloupéens de la troisième circonscription à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 10 et 17 juin 2017.

À travers le club de réflexion Génération Guadeloupe que j’ai créé en 2010, je souhaite contribuer à une plus grande échelle au développement social, économique et culturel de la Guadeloupe.

Que le Guadeloupéen soit acteur
du projet politique

À mon sens, nous devons faire en sorte que le Guadeloupéen soit acteur du projet politique pour la Guadeloupe. Qu’il soit jeune, en situation d’exclusion sociale, senior à la recherche d’emploi, auto-entrepreneur, chef d’entreprise, vivant sur le territoire ou expatrié ; le Guadeloupéen se doit d’être acteur de son quotidien et doit être en capacité, avec le concours des politiques publiques, des lois et règlements, de pouvoir Construire son présent !

 

 

Je crois en ces valeurs de travail et de solidarité.
Je crois en une  liberté d’entreprendre créatrice d’emplois et de valeurs ajoutées.
Je crois en l’égalité sociale.
Je considère qu’il faut permettre aux plus forts de rester forts mais qu’il est de notre responsabilité d’être solidaires en donnant les moyens aux plus faibles de réussir à devenir forts.
Je crois au potentiel des Guadeloupéens.
Je crois que la loi doit être au service du développement de notre territoire.

Notre avenir se construit dans le présent, Construisons ensemble notre présent !

 

 

Edwing LAUPEN est un jeune homme Guadeloupéen de 26 ans engagé au service des Guadeloupéens depuis près d’une dizaine d’années.   

Il passe les premières années de sa vie en côte-sous-le-vent à Pointe-Noire, commune d’origine de sa famille maternelle. Il grandit au sein d’une famille de commerçants, ce qui aura sans doute une influence sur son goût pour l’entreprenariat.  

Autant au lycée de Baimbridge qu’au lycée polyvalent de Pointe-Noire, c’est un lycéen engagé au service de ses camarades.

Comme de nombreux jeunes ultramarins, il quitte l’archipel afin de poursuivre ses études dans l’Hexagone. Amoureux d’Histoire, il suit alors une licence d’Histoire et de Sciences Politiques à la Sorbonne. Il s’oriente ensuite vers des études en comptabilité et  finances afin d’adapter ses compétences à ses différentes ambitions professionnelles.  

En parallèle de ses études, il mène de front de nombreux combats citoyens, associatifs et politiques et crée son activité en tant que consultant en gestion et en communication, toujours au service de la Guadeloupe et de ses habitants.

 

Mes premiers engagements citoyens

J’ai toujours été passionné par l’engagement citoyen.

Élu au Conseil de Vie Lycéenne au lycée de Baimbridge j’ai eu à cœur de défendre des dossiers qui sont aujourd’hui encore  au centre de l’actualité : la mise en sécurité des abords du lycée ainsi que la lutte contre l’obésité. Nous avions à ce propos, obtenu la construction d’un préau permettant aux lycéens d’attendre leurs parents dans l’enceinte de l’établissement et par cela, diminuer fortement les risques d’actes de violence. Concernant la lutte contre l’obésité, nous avions réussi à équilibrer les prix de la bouteille d’eau et du symbolique « ti-soda ». À notre niveau nous menions de petites actions qui ont eu et qui ont actuellement toute leur importance!

J’ai toujours été
passionné par l’engagement citoyen

J’ai ensuite eu l’honneur de porter la voix de l’académie de Guadeloupe au Conseil National de Vie Lycéenne entre 2009 et 2011 et de contribuer à la rédaction du rapport parlementaire sur la réforme du lycée défendue par Xavier Darcos alors Ministre de l’Éducation Nationale. J’ai eu l’occasion de me positionner clairement contre les suppressions de poste prévues par cette réforme, tout en rappelant au Ministre les difficultés rencontrées par les jeunes ultramarins pour suivre leur scolarité. Il était surpris d’apprendre que pour être au lycée à 7h, certains élèves devaient se lever à 4h30 !

Mon arrivée dans l’Hexagone a marqué le début de mon engagement dans les rangs de l’UNI, syndicat étudiant. J’ai eu au sein de l’UNI la responsabilité des sections Outre-mer au sein du Conseil d’Administration National. Ces responsabilités m’ont ensuite amené à être en charge des fédérations jeunes d’Outre-mer à l’UMP. Une expérience qui m’a placé au cœur de l’action politique.

Un désaccord profond avec la ligne idéologique du parti sur la vision Outre-mer m’a amené à prendre mes distances.  J’ai  préféré quitter l’UMP en 2011.

Mon combat pour la jeunesse Guadeloupéenne

parcours2Porté par des idées toujours plus ambitieuses, mon mandat  de conseiller régional des jeunes de Guadeloupe entre 2009 et 2013 m’a donné l’occasion d’organiser avec la commission de coopération, le projet Eurocaraïbe regroupant plus d’une centaine de jeunes de nationalités diverses en Guadeloupe autour des thématiques essentielles pour l’engagement de notre jeunesse.

En 2011, avec les étudiants Guadeloupéens résidant dans l’Hexagone nous avons créé l’Association des Jeunes de Guadeloupe, l’AJeG, que je préside depuis 2013.  L’AJeG est une association accompagnant la mobilité des jeunes Guadeloupéens. Depuis 2011, mon engagement au sein de l’AJeG occupe une partie conséquente de mes activités. La condition des jeunes de Guadeloupe est l’une des principales causes que je défends. Nous avons, au fil des années, mis en place divers dispositifs concrets afin d’aider les jeunes Guadeloupéens qui partent se former, par des études ou des expériences professionnalisantes.

Le dynamisme et l’expertise de l’AJeG
ont été reconnus par de nombreuses institutions

Il s’agit principalement de solutions pour loger, intégrer et insérer ces jeunes. Parmi ces actions, la bourse au logement qui a déjà pu faire ses preuves, le réseau national de référents, gage parcours2d’une bonne intégration, mais également des manifestations d’envergure qui se sont révélées incontournables telles que le Campus Outre-mer ou encore, le Noël solidaire des Outre-mer.

Le dynamisme et l’expertise de l’AJeG ont été reconnus par de nombreuses institutions. C’est ainsi que j’ai pu être auditionné par le Conseil économique social et environnemental sur le défi de l’insertion professionnelle et sociale des jeunes ultramarins ainsi que dans le cadre de la loi égalité réelle.
Si je suis fier de mon engagement inconditionnel pour la jeunesse Guadeloupéenne, je suis d’autant plus fier de ce que nous avons pu accomplir collectivement !

Mon militantisme pour les familles Guadeloupéennes

J’ai intégré en 2010 la Confédération syndicale des familles Guadeloupéennes, une organisation de défense des locataires et des consommateurs. J’en suis devenu le trésorier en 2011. Cette responsabilité m’a donné l’occasion de défendre les locataires de la résidence KAWAN de Deshaies ou encore de la résidence NARBAL à Baie-Mahault. J’ai mis cette expérience à profit en créant à Deshaies une structure d’aide à la personne et de transport social.

 

Mon engagement aujourd’hui

Fort de toutes ces expériences j’ai souhaité concrétiser mon engagement en me présentant aux élections régionales en 2015.

parcours6Colistier de Victorin Lurel avec qui j’ai travaillé, depuis 2012, dans le cadre de mes responsabilités à l’AJeG, mon engagement pour la Guadeloupe a alors pris une nouvelle dimension.
Je poursuis aujourd’hui mon parcours citoyen en soumettant pour la première fois mes ambitions et mon projet pour la Guadeloupe aux suffrages des électeurs Guadeloupéens de la troisième circonscription à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 10 et 17 juin 2017.

À travers le club de réflexion Génération Guadeloupe que j’ai créé en 2010, je souhaite contribuer à une plus grande échelle au développement social, économique et culturel de la Guadeloupe.

Que le Guadeloupéen soit acteur
du projet politique

À mon sens, nous devons faire en sorte que le Guadeloupéen soit acteur du projet politique pour la Guadeloupe. Qu’il soit jeune, en situation d’exclusion sociale, senior à la recherche d’emploi, auto-entrepreneur, chef d’entreprise, vivant sur le territoire ou expatrié ; le Guadeloupéen se doit d’être acteur de son quotidien et doit être en capacité, avec le concours des politiques publiques, des lois et règlements, de pouvoir Construire son présent !

 

 

Je crois en ces valeurs de travail et de solidarité.
Je crois en une  liberté d’entreprendre créatrice d’emplois et de valeurs ajoutées.
Je crois en l’égalité sociale.
Je considère qu’il faut permettre aux plus forts de rester forts mais qu’il est de notre responsabilité d’être solidaires en donnant les moyens aux plus faibles de réussir à devenir forts.
Je crois au potentiel des Guadeloupéens.
Je crois que la loi doit être au service du développement de notre territoire.

Notre avenir se construit dans le présent, Construisons ensemble notre présent !

 

 

ACTUALITÉS

Retrouvez ici toute l'actualité d'Edwing LAUPEN-MONDONGUE

ACTUALITÉS

Retrouvez ici toute l'actualité d'Edwing LAUPEN-MONDONGUE


Mon Parcours
Edwing LAUPEN-MONDONGUE
"Je considère qu’il faut permettre
aux plus forts de rester forts
mais qu’il est de notre
responsabilité d’être solidaires
en donnant les moyens
aux plus faibles
de réussir à devenir forts."


JE CONSTRUIS
MON PRÉSENT

Je rejoins l’équipe


Mon Parcours
Edwing LAUPEN-MONDONGUE
"Je considère qu’il faut permettre
aux plus forts de rester forts
mais qu’il est de notre
responsabilité d’être solidaires
en donnant les moyens
aux plus faibles
de réussir à devenir forts."


JE CONSTRUIS
MON PRÉSENT

Je rejoins l’équipe

Directeur de la publication:
Edwing Laupen-Mondongue
Politique de confidentialité